Le reiki pour aider à sortir d’un Burn-out

20130327_115943 Je reçois en ce moment de plus en plus de personnes arriver vers moi, au bord du burn out. Ce sont tous des hypersensibles qui comme moi, se sont coupés de leur corps consciemment ou inconsciemment à un moment de leur vie.

Arrêt de leur pratique sportive, mauvaise alimentation, manque de sommeil, suractivité débordante…

Aujourd’hui avec tout ce que j’ai traversé jusqu’à mes 44 ans, je me dis que j’aurais pu mourir plusieurs fois, être dépressive, avoir abandonnée l’accompagnement, avoir pris 30 kilogrammes ou être à la rue sans argent…

J’ai été très téméraire, naïve et parfois inconsciente des dangers que je courrais. Mon coté bisounours, mes croyances et mon éducation m’ont fait vivre des humiliations, des rejets, des trahisons, des abandons et des injustices.

Il y a 15 ans, j’ai rencontré le reiki dans une période particulièrement difficile de ma vie. J’étais à bout, harcelée par un chéri qui m’humiliait en permanence. Je n’avais plus d’appartement, pas d’économie et il m’avait coupé de tous mes amis.

Le reiki a croisé mon chemin.

Le reiki apporte le recul qu’on a perdu

Et la mon coté curieux et aventurière m’ont sauvé la vie. J’ai voulu assister à une séance de reiki qui se déroulait par hasard là ou je consultais à l’époque dans un institue de beauté.

J’ai vécu une sensation de plénitude lors des soins que j’ai reçus qui m’ont fait un bien fou. Je n’ai pas relié tout de suite à ces séances, mes actions de libération et d’émancipation qui se sont produites dans les quelques mois qui suivirent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Et aujourd’hui avec les années je sais affirmer que le reiki m’a apporté à cette époque ce recul sur moi-même et m’a reconnecté à mon bien être que je n’avais plus.

Ces séances et surtout l’initiation qui a suivi m’ont donné des outils pour réussir à me poser et à voir ma vie autrement, sans mes peurs, sans mes colères, sans ma tristesse ou mon stress.

J’ai retrouvé mon énergie vitale qui m’a donné la force de changer de vie alors que quelques mois auparavant, j’y pensais tous les jours mais j’étais incapable de passer à l’action.

Le reiki me sert chaque jour depuis. Il est mon ancre, mon doudou, ma forteresse, mon meilleur outil pour retrouver le calme et la paix intérieurs.

Je ne me rendais pas compte de mon état à l’époque.

Le reiki et la dépression

Le reiki est un don du ciel. C’est accepter de se rebrancher au vivant, à l’Univers. C’est accéder a sa joie de vivre. C’est sortir de ses dépressions et de son mal être.

Un jour sur son chemin quelqu’un vous fait passer ce message:

« Reviens à toi, à ton corps. Rebranche toi à la vie qui est en toi. »

A ce moment là, on a qu’une envie, c’est de fuir ce que l’on vit et on n’est incapable de prendre ce temps pour se poser tout seul et se retrouver avec soi dans son énergie.

Le reiki permet cette reconnexion au vivant. Il donne l’opportunité de se reposer grâce aus soins que l’on reçoit d’un praticien ou maître reiki.

Le secret pour sortir de la déprime ou d’un burn out?

Passer par le corps est indispensable.

Dans un premier temps le repos est absolument nécessaire pour prendre du recul. Sinon notre absence de discernement nous pousse à continuer de la même façon et nous cache la réalité et la dureté de ce que nous vivons au quotidien. Nous courbons l’échine, faisons le dos rond et essayons de changer cette situation critique qui ne bougera malheureusement pas.

Au bout de quelques semaines de repos (ou avec 4 soins reiki) on voit différemment sa vie. C’est sans doute la raison qui pousse le corps a craquer puisque notre mental nous ordonne de continuer.

Combien de fois ai-je entendu des personnes qui ne voulaient pas s’arrêter et me disaient  » Je ne peux pas, on est en plein bouclage de… »

Dans un second temps, une longue période de lenteur est à vivre patiemment et à accepter. On a plus de jus, plus d’énergie, plus la force d’avancer. Le corps lâche toute ses résistances et le mental n’arrive plus à nous cravacher pour avancer. Le corps a pris le dessus. C’est notre instinct de survie qui vient nous sauver la peau. C’est très difficile à accepter parce que ceux qui subissent des burn-ou sont en général des gens très consciencieux, intègres et impliqués professionnellement… Et cet arrête brutal est violent. Si on est pas accompagné pour cette période, la culpabilité nous ronge.

Puis se faire initier reiki un jour

Puis au bout de quelques semaines ou mois, quand on s’est reposé, qu’on a reçu des soins reiki, on a envie d’avoir cette outil pour se faire du bien soi-même.

Il faut juste accepter la contrainte des quelques premiers mois, de se faire du bien en se faisant les protocoles de soin sur soi.

J’ai choisi d’accompagner les personnes qui viennent vers moi, parce que j’ai rencontré il y a 15 ans, cette difficulté à me faire du bien au moment où les autres me faisaient du mal.

Habituée à être mal traité par les autres, on s’habitue à ne plus se donner d’amour pour ne plus être déséquilibré trop violemment par le manque d’écoute d’amour, de bienveillance du monde. Sans s’en rendre compte, on s’est plus ou moins déconnecté de son ressenti pour lisser et moins sentir la peine qu’on nous fait. Pour être moins déstabilisés quand les autres appuis sur nos blessures.

Etre accompagné en reiki, c’est sortir de ses habitudes de s’accoutumer au mal-être, c’est ne pas sombrer dans ses résignations, c’est apprendre ou rapprendre à être autonome. C’est accepter de se faire chouchouter par quelqu’un pour retrouver son énergie et se remettre en selle.

Un maitre-enseignant reiki lorsqu’il fait un suivi, rééduque l’individu à l’indépendance en lui apprenant à utiliser cet outil à travers un protocole de soin qui nous replace dans notre corps. On peut alors mieux vivre en nous positionnement sans peur à notre place au milieu des autres.

Ce protocole considère l’être dans sa globalité et le répare à tous les niveaux. Il nous aide à nous rebrancher à notre inspiration, à notre intuition, à notre capacité d’aimer, à notre nature profonde, à nos désirs et surtout à notre instinct de survie.

Et se sentir vivant et en pleine forme n’a pas de prix.

Réparez-vous, personne ne le fera pour vous.

Le burn out est la solution finale du corps pour faire entendre à la tête qu’on ne peut plus accepter l’impossible. Et la tête n’y peut plus rien quand le corps a pris le relais. On ne se sort d’un burn out qu’en recommençant à prendre en main son corps, du sommeil, de la relaxation et/ou un travail énergétique sur le corps comme le yoga, le Qi Gong ou le Reiki., par du sport et finalement par aussi une meilleure alimentation.

La bonne solution pour être heureux c’est toujours le corps qui la trouve… jamais la tête…

 

Pin It

Comments

Le reiki pour aider à sortir d’un Burn-out — 13 commentaires

    • Merci Dominique,
      Le reiki m’a tellement apporté de lumière dans ma vie depuis 15 ans, que j’aime être un relais… C’est tellement pratique comme outil au quotidien pour resté centré qu’avec les temps qui courre… Mieux vaut avoir ce bon outil dans sa poche…
      Merci àvous

  1. Il m’a fallu aussi aller au bout du mal-être, et de tourner en boucle sur ce celui-ci pour m’y mettre vraiment.
    Il y a un moment où les mots, déversés chez un thérapeute ou lu dans les livres (j’ai une bibliothèque qui parle du lacher-prise, qui qu’en veux..!?) ne nous soulage que dans l’instant..
    C’est par le retour au ressenti du corps que j’ai commencé à petit à petit me sentir mieux, pour un beau matin me dire.. « Hey, tu rumines plus tous tes problèmes en boucle dans ta tête, ce moulin que tu n’arrivais pas arrêter..!! » Sophrologie, reiki et relaxation.
    Donc oui, oui, je témoigne aussi sur tout ce que tu dis..!!
    Aujourd’hui j’ai encore quelques mises au point à faire, mais qu’est-ce que je me sens mieux, et je ne me laisse plus entrainer dans la dramatisation comme avant. J’ai diminué largement mon seuil de tolérance au mal-être et à la souffrance. Je m’écoute plus vite, avant que cela aille trop loin. Une petite relaxation régulièrement fait partie de mon hygiène de vie..
    Et aussi, c’est étonnant, en te voyant je n’imagine pas un instant que tu ais pu souffrir et connaitre l’humiliation, tu rayonnes la joie de vivre que c’est un plaisir..!!

    • Entrer dans le corps fait LACHER notre moulin mental. Je n’ai jamais vu personne lâcher-prise sans passer par le corps… Merci pour ton témoignage! :o)

  2. Il est vrai que le Reiki reconnecte à son Moi profond et permet de vivre et de ressentir à nouveau ses émotions – un domaine qui souvent est négligé par celui qui est en situation de burn-out. Il faut cependant préciser que les personnes dans cette situation sont très fragiles et il est absolument nécessaire d’avoir un suivi médical et thérapeutique. Le Burn-out, terme que l’on voit utilisé pour beaucoup de problèmes de santé est une pathologie qui est très sévère car elle est destructrice et annihilante. Un médecin et un thérapeute sont une partie prenante indiscutable du processus de guérison – ainsi que peuvent l’être des consultations en cabinet et la prise de médicaments – et oui, un suivi avec un coach de vie et d’autres accompagnants peuvent aussi faire partie du cheminement de guérison. Il faut asseoir la démarche de recouvrement de la santé en soi par tous ces processus et bien sûr, accepter les secousses que peut provoquer le Reiki. Il est indéniable que le Reiki aide à se retrouver mais cela se fait au sein d’un processus qui se veut très global et sur la durée.. Pour ma part, cela a demandé 2 ans et demi en commençant par des soins, puis une initiation et enfin une constance qui ne s’est pas démentie depuis mais il y a aussi eu la présence de Docteur G, de la Folle ( surnom que j’ai donné à la psy) et la prise de médicaments en conscience.. J’ai accepté ce qui se passait et j’ai décidé que je m’en sortirai.. C’est aujourd’hui chose faite.

    • En situation de burn-out, on s’est totalement débranché de ses émotions pour continuer à maitriser notre présent par peur du lendemain. Ce n’est qu’après un arrête travail d’un mois au mois ou de 4 séances de reiki que la personne commence à prendre du recul et à ressentir à nouveau les événements dans ses tripes… Et là, elle ne peut plus continuer de la même façon. Le corps s’est réveillé et hurle son mal-être. « Je n’y retourne pas!!!! » « Je suis malade à l’idée d’y aller… » Ce sont des phrases que j’ai beaucoup entendu. Tant que le corps ne prend pas le dessus, on peut continuer longtemps à être humilié et non respecté.

      Ensuite, ce n’est qu’un long travail sur la valeur de soi et le renoncement à la reconnaissance qui aide à ne plus retomber dans le piège à nouveau et se refaire un autre burn-out… Tout un programme…
      Longue vie heureuse à toi dans ta nouvelle vie :o)

  3. Pour répondre à Béatrice à qui je fais un gros bisous en passant et que j’attends toujours dans mon cabinet ;-)
    Il y a quelques années j’ai lu dans un article de Science et Vie, que l’on ne peut pas taxer d’être une publication pro médecine alternative, qu’ill n’y a que deux moyens connus de soigner la dépression ou le burn out qui est, à mon sens, le moment de la crise aigue de la dépression. Ces moyens sont : les anti dépresseurs et les activités physiques telles que le sport intense ou la relaxation et la méditation. Que font l’un et l’autre?
    Les antidépresseurs ont pour action de bloquer les récepteurs des émotions qui nous font ressentir le mal être. Ce faisant il bloque aussi la réceptivité de toutes les formes d’émotions jusqu’ à nous couper du sentiment d’amour.
    Que font le sport, la méditatin et la relaxion? Ils modifient naturellement la réceptivité de notre corps pour nous faire ressentir de nouveau l’état de bien être. Ce qu’il est important de comprendre, c’est que la dépression est un état qui modifie chimiquement notre réceptivité aux émotions positives. Plus on est déprimé et moins on sens les émotions positives. La dépression nous plonge dans un cercle vicieux de ressentis de plus en plus sombre.
    Les médicamements servent à bloquer immédiatement cette descente aux enfers. L’effet est rapide et permet de reprendre assez vite des activités ordinaires comme aller travailler ou assurer à la maison. Mais dans le fond rien n’est réglé, le corps s’accoutume et comme pour les antiobotique, il faut augmenter la dose.

    Je pense pour avoir expérimenté le reiki dans un état de dépression, dont je suis sorti plutôt vite et sans médicament, qu’il a un effet très similaire à la relaxation et à la méditation.
    Cela m’a demandé d’accepter de ne pas travailler ou de ne pas être opérationnel dans ma vie pendant 1 an, puis de remonter la pente lentemement. Mais au final, je sais que mon parcours à été plus rapide que celui d’une prise de médicamement qui m’aurait anesthésié. Du reste cette période m’a permis de reconstruire mon désir profressionnel et de préparer une reconversion dans ce que j’aime profondément faire.

    Toutes ces techniques, reiki, relaxation, méditation, sport… agissent réellement sur notre corps comme des médicaments naturels. Elles modifient la chimie du corps durablement en nous laissant maître de ce qui se passe dans notre coprs.

    Marie-Lore, tu devrais être remboursée par las sécu :-)

    • J’adorerai lire cet article!
      Je suis quelques personnes en ce moment sous anti-dépresseur et je dois dire que leur dépendance est presque pour certains dangereuse. Si on ne travaille pas le sevrage pendant quelques mois en remplaçant les anti-dépresseurs avec une méthode de relaxation, je ne sais pas comment les gens font pour arrêter et se sentir fort sans rechuter.
      Viendra le jour où les médecins feront confiance aux médecines alternatives et conseilleront la respiration, la méditation, le relaxation ou le reiki. Dans 3 ou 4 ans je sais que tous les magazines en parleront ;o)) Vivement ce jour béni…
      Vive David Servan Schreiber!

  4. J’ai aussi mis aussi du temps à me rendre compte que ma dernière expérience professionnelle en entreprise m’avait très abimée moralement et physiquement. Au point que je n’ai plus voulu pratiqué mon métier pendant longtemps. Mais à l’époque, jamais je n’aurais mis des mots de harcèlement ou de burn out sur ce que vivais. Avec le recul pourtant…

    Le reiki est arrivé à ce moment là, alors que me trainait avec moi un état dépressif latent. Ce qui m’a permis de m’en sortir petit à petit sans prendre de médicament? Un accompagnement varié avec différents professionnels, des soins sur le corps (shiatsu, acupuncture, nutritionniste…).et le reiki. Du jour où le reiki est entré dans ma vie, j’ai disposé d’un outil pour calmer mes crises d’angoisse, mes états « down », mes questionnements incessants. Pour dépasser mes peurs. Sa pratique m’a appris à trouver un état de bien-être, de sérénité et de confiance par moi-même et non avec l’aide de substances chimiques.

    La seule fois où j’ai accepté de pendre des anxiolitiques, c’était pour essayer de gérer des acouphènes. Le seul moyen que la médecine allopathique avait trouvé pour essayer de rendre ce problème « vivable’. Au bout d’une semaine j’ai arrêté tellement le traitement me rendait stone. Alors j’ai appris à gérer avec le son et l’aide d’un accompagnant spécialisé. Je gère encore mieux depuis que le reiki est entré dans ma vie…à tel point qu’aujourd’hui, les acouphènes ont carrément disparu. Ils réapparaissent de temps en temps uniquement pour faire leur job d’alerte, le warning du corps qui dit « attention, tu tires trop sur la corde ».

    Merci Marie-Lore pour cette belle transmission du reiki, dans ta pratique et dans tes écrits. A quand la ligne reiki dans la codification de la sécu (-;

    • En fait je me dis que le mot « burn out » est sorti pour ne plus dire « dépression » parce que les personnes victimes de burn out au travail sont en général des hypersensibles qui ont été tellement jugés ou critiqués qu’ils se sont toujours pliés en 4 pour être les meilleurs et être appréciés., Alors pour eux parler de dépression est presque un échec, c’est impossible à entendre. Burn out, c’est mieux. C’est en écrivant ce texte que je me suis rendue compte de mon état il y a 15 ans. J’étais vraiment l’année qui a précédé, dans un besoin de changer de vie, mais je n’y arrivais pas. C’est maintenant que je fais le lien avec les soins reiki que j’ai reçu! Deux mois plus tard, je quittais tout avec 3 francs six sous en poche et plus rien autour… En un mois j’ai reconstruit ma vie… En beaucoup, beaucoup mieux!
      Vive les blogs et sites!!
      Merci Nathalie de ton com!

      • Merci pour ta réponse qui ouvre une porte hyper importante ((-;
        Je me rends compte que j’ai mis du temps à utiliser le mot dépression, parce qu’en fait je n’avais même pas conscience de cet état jusqu’à il y a 2/3 ans. Un médecin avait essayé de m’en parler vers mes 30 ans, mais effectivement, je ne voulais pas entendre. Je ne sais pas si à l’époque j’aurais mieux reçu le mot « burn out ». Peut-être que si parce que j’aurais pu le relier à un problème au travail, comme quelque chose d’extérieur à moi. Alors que la dépression ça me renvoie à moi et à ma famille. Et ça, sans un travail d’accompagnement et sans le reiki, je n’acceptais absolument pas d’aller le voir (et j’ai encore du mal parfois…!!!) Alors que j’aurais mieux accepter d’aller voir ce qui se passait dans le travail. Enfin je crois…à méditer ((-;

  5. Ping : Le reiki pour aider à sortir d’un Burn-out | Le Reiki Autrement | Zenitude – le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>